Découvrez tout l'univers du chien de chasse!

L’exposition des chiens de chasse aux tiques
Home » Blog  »  L’exposition des chiens de chasse aux tiques
L’exposition des chiens de chasse aux tiques

La tique aime les forêts, les bords de rivière, les prairies… Ce redoutable parasite s’épanouit donc partout où galopent nos chiens de chasse. Elle attend patiemment le passage d’un hôte pour l’investir et se fixer dans sa fourrure. Outre le désagrément pour le chien qui est mordu par la tique, il faut compter avec les maladies graves transmises par la tique. C’est pourquoi les chiens de chasse, plus que n’importe quels autres chiens, doivent être pourvus des meilleures protections contre les tiques car ce sont les chiens les plus exposés aux piqûres de tiques.

Pourquoi les chiens de chasse sont-ils particulièrement exposés aux tiques ?

Il existe une multitude d’espèces de tiques. Dans les pays occidentaux, trois espèces majoritaires coexistent. Elles vivent toutes sur les terrains de prédilection des chiens de chasse, raison pour laquelle ces derniers sont particulièrement exposés.

Ixodes Ricinus

Ixodes Ricinus est surnommée la tique des forêts ou la tique du mouton. Elle vit dans les zones tempérées et fraîches. N’appréciant guère la chaleur, elle est plus rare dans le sud de la France.

Ixodes Ricinus vit à proximité du sol, dans les forêts, les prairies et les haies.

Dermacentor reticulatus

Dermacentor reticulatus occupe les mêmes régions que Ixodes Ricinus, c’est-à-dire dont le climat s’avère tempéré. Elle apprécie particulièrement le bocage qui lui permet de s’épanouir dans les champs et prés enclos par des haies vives et des arbres. Elle se nourrit en s’attaquant aux animaux d’élevage qui paissent sur ces terres accueillantes.

Dermacentor reticulatus affectionne plus particulièrement les zones humides, notamment la forêt riveraine. Elle trouve son bonheur dans ces zones boisées ou herbacées qui suivent les rives d’un cours d’eau.

Rhipicephalus sanguineus

Rhipicephalus sanguineus apprécie davantage la chaleur. Elle occupe principalement le sud de la France, ainsi que le pourtour méditerranéen. Elle s’adapte à tous les types de végétation et ne dédaigne pas les zones habitées, ce qui lui permet d’investir les chenils.

Où qu’il chasse, le chien a donc toutes les chances de parcourir un terrain investi par les tiques.

Le mode opératoire de la tique, 365 jours par an

Si la période d’activité optimale de la tique se situe au printemps et à l’automne, le risque demeure tout au long de l’année, car nos hivers ne sont pas assez rigoureux pour éradiquer le parasite.

La tique passe par 4 phases : œuf, larve, nymphe et adulte. Elle meurt après la reproduction. Dès son éclosion, elle se met en quête d’un animal capable de l’alimenter en sang. Sa capacité à jeûner la rend patiente : elle se juche sur une herbe, un arbre, ou tout autre perchoir la mettant à hauteur de sa proie, puis attend le contact pour changer de support.

La tique mord ensuite le chien en plantant son rostre dans la peau, puis pompe son sang pour se nourrir durant deux à trois jours. Lorsqu’elle est repue, elle se laisse tomber sur le sol.

La dangerosité de la tique est exacerbée par les propriétés anesthésiantes de la salive. La partie piquée étant devenue indolore, l’hôte ne se rend pas compte de sa présence.

Notez que si la tique adore le chien, elle ne dédaigne pas l’humain ! Or, grâce à son pouvoir anesthésiant, elle peut rester indétectable lorsqu’elle se loge sur une partie non visible, le dos ou le cuir chevelu par exemple.

Pourquoi faut-il protéger votre chien de chasse des tiques ?

La tique est porteuse de maladies graves, et même mortelles, qui touchent le chien comme l’humain. Les tiques de nos régions constituent le vecteur de trois maladies principales.

1 — La piroplasmose

La piroplasmose ou babésiose engendre une anémie, suivie de complications hépatiques et rénales. Le chien devient fiévreux et apathique, ses gencives se teintent de jaune et ses urines foncent, tirant sur le marron.

La période d’incubation oscille entre 7 et 21 jours. Une piroplasmose non soignée conduit inéluctablement à la mort de l’animal.

2 — La maladie de Lyme

La maladie de Lyme se distingue par une incubation particulièrement longue, allant de 2 à 5 mois. Le chien devient fiévreux, indolent et peut vomir. La maladie provoque de l’arthrite se manifestant par une boiterie.

Si elle n’est pas traitée à temps, la maladie de Lyme entraîne des conséquences désastreuses : troubles cardiaques et du système nerveux central, ainsi que maladies rénales mortelles. Un traitement antibiotique peut venir à bout de la maladie, mais l’animal met des mois à évacuer les bactéries.

3 — L’ehrlichiose

Le temps d’incubation de l’ehrlichiose dure de 10 à 20 jours. Ses symptômes sont comparables à ceux de la piroplasmose.

La maladie se soigne, à la condition de ne pas attendre dès l’apparition des premiers signes caractéristiques.

Les colliers anti-tiques pour protéger votre chien de chasse des tiques

Il existe diverses solutions pour protéger votre chien de chasse des tiques, parmi lesquelles le collier semble particulièrement adapté. Un chien de chasse porte son collier 24 heures sur 24, ce qui garantit une protection intégrale et continue. Par ailleurs, le collier est prisé pour son aspect pratique : il permet de tenir le chien en laisse et d’y accrocher son identification si le chien est perdu au cours d’une partie de chasse.

Pour protéger votre chien, vous avez le choix entre deux types de colliers : en plastique de type Seresto ou en céramique.

Le collier en plastique de type Seresto

Le collier anti-tiques de type Seresto constitue une solution efficace qui a fait depuis longtemps ses preuves. Il diffuse des produits insecticides sur le long terme, allant jusqu’à 6 mois. Ces émanations dissuadent les tiques de se déposer sur le chien. Si certaines s’installent néanmoins dans le pelage, elles sont tuées par l’insecticide du collier.

Ce type de collier présente deux inconvénients : la diffusion des produits chimiques sur l’homme lorsque vous entrez en contact avec le collier et l’impossibilité d’y attacher une laisse. La solution pour pallier ces insuffisances existe avec le cache-collier.

Il s’agit d’une structure dans laquelle vous glissez votre collier Seresto. La partie insecticide demeure au contact du cou du chien, tandis que la partie supérieure est dissimulée sous le cache-collier. En plus de vous éviter de vous contaminer, vous camouflez le collier en plastique disgracieux par un collier esthétique en cordelette.

D’autre part, le cache collier est pourvu d’un anneau qui vous permet d’attacher la laisse du chien et d’y accrocher une médaille pour son identification. Enfin, lorsque votre collier Seresto arrive en fin de vie, vous le remplacez, mais conservez le cache collier conçu pour être durable.

Le collier céramique EM

Le collier céramique EM est une invention japonaise qui vous évite de recourir aux produits chimiques. Ce procédé révolutionnaire utilise des EM, c’est-à-dire des Efficient Micro-organisms que l’on peut traduire par Micro-organismes efficaces.

Ces EM sont intégrés aux billes de céramique du collier par un processus de cuisson anaérobie, à savoir à l’abri de l’air. Ils demeurent captifs, mais transmettent des vibrations et résonances magnétiques qui perturbent les récepteurs de la tique et la tiennent à l’écart de l’animal.

Les perles de céramique sont intégrées dans une structure de cordelette, ce qui l’apparente à un collier normal, servant à l’attache comme à l’identification. Vous évitez ainsi l’usage de produits chimiques et protégez votre chien en toutes circonstances et en tout lieu. 

Vous pouvez trouver ces colliers sur internet, de nombreux artisans les proposent en sur mesure.